dimanche 28 août 2016

Tout au bout de la crête...le Boc

Un si bel écrin : la vallée de Planès. Tour d' Eyne au fond.
Depuis un moment déjà j'avais en tête un projet original et j'ai réalisé mon souhait,
 aller poser mes pieds (et mes mains) sur ce projet. 
Un projet pas facile mais que je savais à présent réalisable.
Gagner le Roc del Boc, 2774 m, tout au bout de la longue crête de roche du Malaza.

Le Massif du Malaza

 Ce sont deux personnages de roche : le Malaza est un massif de 1 km de long, 400 m de haut, entaillé de couloirs d'alpinisme accidentés où ne se pratique que ce sport d'hiver et de printemps : l'alpinisme en piolets et crampons sur des cascades de glace.. Un des couloirs au nom appétissant de spaghetti sert d'entraînement à la CRS 58. Cette montagne fière est striée de rides sur sa face ouest; elle  est en pente ardue mais faite de terre et d'herbe sur sa face est.
face ouest du Malaza

Face est, un sentier qui n'a de sentier que le nom est une voie de délestage pour qui n'ose la balade en crête ou, à certains passages, doit pratiquer l'évitement.

Face est du Malaza (et pics de Raco)

Le seul moyen de parvenir au Roc del Boc en n'ayant pas les capacités d'escalade est celui ci, qui oscille entre équilibriste, funambule et danseur des cimes.
Sinon le Roc del Boc (2774 m) est accessible par escalade, en une paroi verticale nommée joliment le "violoncelle".
Je m'étais essayée l'an passé à ce parcours qui était une première du genre pour moi, afin de tester mes capacités : essai concluant.
Me voici donc, depuis mon retour des 3014 m, avec cette idée en tête, aller me promener en crête.

L'expérience de l'an passé me fait ajuster le tir, c'est une randonnée courte mais très longue en temps, très physique, donc c'est du temps qu'il faut gagner.
Je pars la veille au soir dans mon "bivouac" de substitution, le land rover somptueusement aménagé pour la circonstance, ainsi je gagne 2 heures de route. Je peux aller au bout de la piste forestière abîmée, je gagne une heure de marche. Le temps, là haut, c'est de l'argent. Le silence y sera d'or.
Et la nuit magique sous les millions d'étoiles que je contemple de mon lit, du cobalt émaillé de diamants


Belles étoiles pour ciel de lit : Planès
Au petit matin, j'embarque un passager, Juan, catalan, qui ne peut faire la piste avec sa voiture; ainsi j'aurai un compagnon de rando un moment.

Jusqu'à ce que nos routes divergent, lui c'est la vallée et la Tour d'Eyne, moi c'est les crêtes et le Roc, juste en face, on risque de se revoir de part et d'autre de la Conque.


D'abord, un peu de carburant, les festivités en ont besoin : le troupeau de vaches vient assister en entier à mon pt'it dej' , à 2000 m, et les veaux minuscules, nouveaux nés, gambadent sous l'oeil indulgent des mères au spectacle : une humaine assise sur un rocher en train de ruminer. Mystères de la nature bovine....et humaine...

Le couloir, pente écrasée par la photo (au retour)

Je salue les vaches, et quitte leur plancher pour attaquer le seul chemin possible, un couloir de ravinement pentu à 35° / 40 ° qui va me mener en 800 m à la côte 2600. Dénivelé 600 m, en un peu plus d'une heure. Un dévoreur d'énergie dont on ne voit jamais la fin. J'aime ce type de terrain et de prise rapide de dénivelé, depuis l'an passé je mesure mes progrès, pas en vitesse mais en assurance.
L'ombre continue à m'envelopper et le silence, ponctué des clarines du troupeau déjà minuscule. Le soleil m'habille soudain d'une chaleureuse lumière et j'émerge sur la cime du Serrat de las Esques, les jambes usées par la dernière partie de la montée, interminable et raide.






La montée : photo rajoutée ultérieurement
cliché du 16 octobre 2016

Me voici au départ de ce pourquoi je suis venue: 1,03 km de cailloux ...et retour....
Tout est silence. Un isard solitaire et courageux, s'est enfui, le diable aux trousses.

Je vais par delà l'éperon tout au bout là bas: le décor est planté pour plus d'1 km. Vers l'amont

La chanson du torrent de la vallée de la Ribérole arrive à moi et je me sens bien, en pleine forme pour ce parcours inhabituel.
Je mets le casque , seule précaution sans doute inutile : aucun caillou ne peut me tomber sur la tête...mais je peux tomber tête la première sur un caillou. Et je dois faire les vendanges dans peu de jours, j'aurai donc besoin de ma tête. Aussi.
Et puis c'est LA rencontre fascinante : à mes pieds , mon regard est attiré par une splendide vipère aspic, sinueuse et immobile. Le temps de dégainer l'appareil photo elle s'enroule sous une pierre. Je n'ai pas peur, ma phobie des serpents a disparu récemment , mais je devrai redoubler de prudence pendant le trajet car je vais  aussi marcher avec ...les mains. Mon aspi venin me rassure à peine.

Pour sourire, mais quelquefois ce fut pire et pour de vrai
 Tout en marchant je suis à l'écoute de mes sensations dans ce milieu peu habituel et que j'aime tant : la roche.
Je souris en pensant à mon exaltation enfantine de l'an passé (clic) mais je me morigène : il ne faut pas ôter à une première fois ce qui en fit le charme, l'instant magique et exceptionnel, cette première fois dont on garde mémoire toute la vie, quel qu'en soit le domaine sauf, hélas, l'instant des premiers pas. Dommage d'avoir oublié cet instant là...



 J'ai de l'aisance, je mesure les progrès accomplis en un an, c'est toujours intéressant de refaire un parcours pour voir ses progrès (ou non). J'ai gardé cet émerveillement qui m'habita l'an passé , je le cultive en marchant, je pense à toutes ces connaissances de mon âge dotées qui d'une infirmité, qui d'une maladie ou de prothèses, qui de douleurs , et qui ont  du mal à parcourir l'allée pavée de cailloux inégaux de mon jardin.
Et moi, j'ai la chance ineffable d'évoluer sur une allée étrangement pavée, en désordre, en dalles, en blocs, en jeux de cartes, en fausses marches, en éperons, en mille feuilles, d'une largeur allant de près de 2 mètres à quelques dizaines de centimètres, une allée avec un vide de 500 m d'un côté, abrupt, déchiqueté, éboulé, saigné, lacéré, et un vide de 700 m de l'autre côté, lisse, doux, fait d'herbe et de terre, mais si pentu que c'est roulé boulé garanti. J'ai cette chance-là.


Relief et physionomie du parcours; vers l'aval



Le décor est fantastique.

Pics des Raco, Pic Rodo, vallée de la Riberole, versant est


Ombre portée sur le couloir du "spaghetti"


Versant ouest du Malaza

variations sur la crête

                                                                                         
Là aussi  et c'est joli, on dirait que 
je suis à la fenêtre
Progression facile








Quelques rares passages , cette fois, m'obligeront à dévier de l'arête. Autant que possible, à l'aller comme au retour, pour mieux savourer  et peaufiner mon plaisir de la roche, je contournerai par le versant de pierre plutôt que par le versant de terre, par le côté ombre froide et dure que par le côté soleil incandescent . Pourquoi ? Pour tester mes capacités. Dans ces moments là, c'est de l'escalade facile, Mains et pieds participent : chercher une prise, répartir les forces sur les appuis et gagner du terrain, soit en escalade soit en son contraire, un vrai plaisir.
Je ne pense pas à ce qui est au dessous, (ou n'est pas), je ne connais ni l'angoisse du vide ni le vertige. je suis comme en mon jardin, j'ai cette chance.






Je prends le temps de pourvoir mon corps en carburant : la progression est très énergivore et, on le sait, la concentration aussi. Je prends le temps de regarder. Surtout d'admirer et d'écouter, Je prends le temps de vivre au maximum mes sensations. Plus que dans la montagne je suis dans mon élément. Ce même plaisir qu'aux pics de Comalesbianas, d'où ma présence ici...J'ai peut être l'enthousiasme facile et puéril, j'ai l'enthousiasme de celle qui savoure ce à côté de quoi elle est passée toute sa vie.
Je suis en mode rattrapage.....



La brèche en U
J'ai dépassé largement mon parcours de l'an passé : la brèche en U que je désescalade ne perd pas de son mystère: il me poursuit encore et je cherche en vain. Pourquoi cette brèche avec ses minerais qui semble avoir été taillée de toutes pièces par l'homme : à 2700 m d'altitude , avec ses teintes fauves, jaunes et vertes ?





Minerai de cuivre en affleurements ? 
Teintes fauves de la brèche


A un certain moment du parcours, l'éperon est si pentu, si étroit, si dur que j'ai une pointe d'angoisse.

Là je passe pas ! Et je ne contourne pas à droite !
Evitement sur la gauche par un sentier d'isards (et d'humains)


Cette fois je contourne, par force, côté soleil,



 2774 m


Je fournis un dernier gros effort et soudain le sommet est là, à deux pas, désert, noyé de lumière, dardant ses éperons métalliques et son drapeau déchiqueté ! 

Terminus mais personne ne descend!





 Sur mon promontoire perchée, je vais tourner comme un derviche, le paysage est grandiose.
Quelques vues du panorama, en silence, en couleur, en relief et en majesté: silence je tourne !

Vallée de Planès, vers l'aval

La sierra del Cadi, Catalogne


Les pics vers l' Est : Raco, Rodo et autres: vallée de la Riberole


Face au sud : La Conca à droite, la Tour d' Eyne en face, le Pic d' Eyne,
 la coma d'Infern (gauche de la croix)



Conca (coquille) et son verrou glaciaire en 2nd plan et Tour d' Eyne, 2831 m
Il est des sommets de moins de 3000 m qui se méritent, celui ci en est un. Je ne peux m'en arracher. Face à moi, Juan arrive à la Tour d' Eyne. Me voit il ?

Juan "à sa tour monte , mironton, mironton.." etc...
Sur le cahier caché au sommet, j'appose mes coordonnées, un petit mot pour Ludo et Yannick qui m'ont précédée de quelques jours;  le cahier est surtout écrit en catalan, nos voisins prisent ce circuit. La légende du Roc del Boc y est collée, celle de l'église de Planès aussi.


Sans légende....
 Mes pieds sont nus sur les roches tellement la douleur est insoutenable. Je cherche en vain une voie pour redescendre, j'aimerais faire une boucle mais il n'y a aucun échappatoire, ce sera retour en crête. Je ne sais pas jouer du violoncelle...
Au revoir el Boc
Parlons en du retour : même vitesse, même trajet, même énergie, un peu plus de fatigue et un pied qui crie au scandale ! C'est lui qui me fera éviter le Pic de l'Orri, n'en rajoutons pas!
La vitesse n'est pas remarquable : un peu plus d'un kilomètre / heure, mais rien ne sert de vouloir courir sur ces reliefs là ! L'important est de ne pas trouver le temps long et d'aimer autant le retour que l'aller. Pas un humain, quelques vautours très haut dans le ciel, un isard apeuré, les vipères font la sieste et des paysages superbes en décor. Même ceux posés sur la roche.



L'herbe retrouvée :je viens de tout au bout là bas

 Je quitte même la roche à regret avant de plonger dans ce vide qui semble aller nulle part...Comme un grand entonnoir qu'il est en réalité. Et qui va me déposer au bout de son bec, sur le plancher des vaches, 600 m plus bas, une heure plus tard, en douceur, en douleur, en bonheur.



Où je pourrai enfin délacer mes souliers et délasser mes pieds....


Ensuite ? Oh ensuite, la voiture n'est plus très loin, je marche un grand moment les souliers autour du cou, et je retrouve mon land rover pour une pause détente : repas, lecture , repos, car...je suis bien fatiguée cette fois . Autrement que pour le 3014 m !! Mais tout aussi heureuse !

  Déjà je me demande: où vais je trouver une autre arête ??



Euh...pause....vin  muscat sec....en apéro
En chiffres : 
dénivelé : environ 1000 m (positif cumulé)
distance : environ 9.5 km AR 


A revoir, pourquoi pas ? la randonnée à la Tour d' Eyne en un clic

14 commentaires:

  1. Amédine Magnifique Balade :) Il n est pas besoin de Vous dire " bougez " plutôt Vous chuchoter " Reposez Vous un peu " chuchoter car Je suis sûre qu au quart de tour Votre réponse serait " Impossible " :) Sinon Nous qui Vous " Lison " Vous remercions de Nous offrir Ce que La Nature Nous donne de Plus Beau juste à Côté de Chez Nous :) Calinous aux Minous Bisous à Vous Pensées pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Joli commentaire plein d'humour et de tendresse aussi pour l'infatigable voyageuse que je suis. On me croit sur route je suis dans les airs, on me croit en vignes je suis en rocs, vous l'avez bien compris c'est la vie que j'aime : bouger ! Je vous rassure : je me repose, avec la même intensité que je vis donc mes repos sont denses et constructifs. je vous embrasse; j'émerge de la sieste...Avec mon Mathurin qui ne me quitte pas d'un poil! Mais je ne peux l'emmener là haut....Un jour je parlerai de Lison et Lisette

      Supprimer
  2. Sans voix ! De toute beauté ! Epoustouflant, inquiétant...Fes apulit !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'en fais pas, je m'y emploie ! faï apulit !!

      Supprimer
  3. Encore une randonnée où j'ai adoré te suivre (si l'on peut dire, car pour te suivre, il me faudrait un sacré entraînement (rire)) ! Tu ne ménages pas tes efforts et tu es récompensée. Tu as une volonté incroyable, malgré les douleurs, tu avances toujours, tu gravis, jusqu'au bout !
    Merci Amédine pour ce très beau billet et ces photos incroyablement belles.
    Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais pour les douleurs c'est le seul endroit où je les ressens, dans l'exercice de ma passion. C'est bizarre. dans la vie quotidienne et le travail, non. Comme si mon organisme me punissait de m'octroyer du plaisir. Alors je passe outre. Mais c'est provisoire, ça se soigne. IRM bientôt. Merci de ton passage sur les hauteurs rocheuses. Le prochain sera ...à ras du sol. Et en voiture. OUF ! Bises

      Supprimer
  4. Quelle belle revanche sur l'an passé et quelle énergie ! Le retour par le même couloir est un calvaire que tu as dû endurer. Oui si tu avais pu passer le Violoncelle, la suite t'aurai paru bien plus plaisante. Tu accroches à ton CV un sacré beau sommet. A présent, tu pourras t'y frotter en hiver avec un guide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes, j'y pense; j'ai vu les pitons. Je pense que mon guide voulait me faire faire de la cascade de glace. Quant au prochain tu m'as donné l'idée je ne suis plus à ...Sec

      Supprimer
    2. Le Sec présente quelques facéties qui te plairont.

      Supprimer
    3. hihi j'adore tes facéties à toi, aurais tu déteint sur le Sec ??

      Supprimer
  5. Coucou ... Que de merveilles tu as la chance d'admirer en montant tout là-haut ... j'adore tout ces merveilleux paysages que tu nous donnes à voir à chaque randonnée ... dommage, je ne pourrai jamais ... alors, MERCI de me faire rêver !!!
    Douce soirée, Bisous et Câlins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je mesure et je cultive cette chance car les ans se font courts...
      Gros bisous à toi

      Supprimer
  6. Cette randonnée est absolument magistrale !! et
    ton reportage tellement bien fait ( texte et photos)
    que j'ai eu du mal à décrocher. Encore et encore plus haut !!
    et puis la photo d'une silhouette en ombre sur la roche.
    Comme un petit lutin. Bref... j'adore et merci à toi.
    Je t'embrasse. Bonne semaine. ELZA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Elza, je vais te conduire d'un pas moins saccadé et moins incertain en des lieux plis civilisés, les gorges du Verdon en Provence. je t'embrasse;merci de me suivre !!

      Supprimer