vendredi 19 août 2016

Voyages, voyage....

Mes voyages sont petits, juste quelques centaines de km. J’ai oublié mes rêves de voyage au long cours, d’ailleurs j’en ai fait dans ma précédente vie. Nouvelle vie, nouveaux horizons et mes cieux sont proches de chez moi. Mais qu’est ce qu’il y a à voir aux portes de chez soi !



J’ai un petit camion aménagé que j’avais présenté (clic ici) et ce vénérable ancêtre entame son 380 000 ème kilomètre. 

C’est dire que les conditions de conduite sont différentes : pas de clim, pas de direction assistée ni autres conforts « tout électrique ». Donc c’est un rythme différent que celui de la route façon XXI ème siècle. Un peu le rythme lent des chameaux dans le désert.
J’aime conduire, c’est l’essentiel et je suis curieuse, c’est primordial.
La carte routière à portée de regard, aimantée sur la tableau de bord
où aimait se tenir Lison
Alors je roule. Pas vite puisque mon Ulysse a perdu beaucoup de compression depuis 30 ans qu’il roule, ses poumons sont fatigués même si le cœur est bon. Sur mes routes de montagne je fais du 40 km/h de moyenne (contre 50 il y a peu) et sur l’autoroute, un 110/120 est confortable.




J’ai donc du temps devant moi ! Et je ne trouve jamais ce temps long car je le remplis.
Je conduis rarement avec les deux yeux sur la route, par contre avec les deux oreilles oui puisque j’écoute le moindre soupir d’ Ulysse.


Peranéa
J’adore conduire et je passe mon temps à regarder autour de moi : je cherche ce qui me parle dans ces paysages, après avoir embrassé d’un regard la vue d’ensemble . En bonne terrienne, il y  a de quoi voir. En férue d’architecture, géologie, histoire, géographie, flore et faune, aussi.
 Vous l’avez compris au rythme lent d’Ulysse je fais de beaux et heureux voyages.

Erill la Vall ( La Vall de Boi  est classée au patrimoine Mondial

Pont du XIII ème siècle

Ici c’est , sous les ombrages, d’anciennes cultures qui montrent leur squelette, là ce sont d’anciennes murettes ou de vieilles terrasses qui dévoilent leur ossature et laissent deviner : voyons … de la vigne ? du blé ? des amandiers ? C’est déjà passé mais je retrouve d’anciens chemins, un ancien pont…
Sort : les cultures s'étageaient très haut


Et puis la route, qui méandrait il y a quelques décennies, toute étroite ! Comment pouvait-on rouler là-dessus ?
Les voies ferrées désaffectées, les tunnels... Ces villages qui jalonnent ma route, ces vieilles masures en ruine, si belles qui ont encore une âme. 
Ruines dans les Monegros (désert)



Voilà un pont, des ponts, un sentier dans des gorges impressionnantes que je vais aller voir de plus près..


Pont médiéval (muletier)
dans el Congost (gorges) de l' Esera



Balade périlleuse (j'ai le vertige !)


















Les barrages qui ont englouti des villages. Univers mystérieux et triste...




Je m’arrête, je furète, je photographie, je m’informe : surtout ne pas passer à côté de l’âme sans la voir…Oh il reste tout ce que je ne vois pas et que je risque de découvrir si je repasse là.




Une rivière qui charrie de la boue et c’est un bain d’argile qui me transforme en statue de bronze qu’un bain dans les eaux vertes lavera, laissant la peau douce.
Les rivières…un musée géologique…où j’aime fouiner.
Patrimoine géologique dans l'argile grise de l'Isabena



Croûte d'argile (j'en ai ramené un sac)

Rio Isabena


Arcades médiévales à Peranea



Les petits villages loin des foules, m’attirent et j’y promène mes pas. Je n’ai pas de GPS, ma carte, près des yeux est un livre de lecture où j’aime me perdre, sauter des chapitres, revenir en arrière et aller de l’avant, au feeling. Un guide précieux et plein de poésie ou de mystère.






Et les routes…les toutes petites sont en général mon domaine, (quand ce ne sont pas des pistes de terre) et, en montagne, je conduis avec un peu plus qu’un œil car il faut toujours anticiper , sur ces voies uniques, où se croiser et jusqu’ où il faudra reculer. Et oui un voyage est une entreprise.
Route de montagne 

Route du Désert des Monegros

Piste de terre

Mais le voyage n’est pas que cela : quand on voyage seul, on voyage avec soi et on réfléchit, sur sa vie, ses projets, ses peines ou ses joies, ses incertitudes et ses émotions. Quel compagnon est ce soi même avec qui on dialogue tant, à voix haute parfois.


Ecriture en plein désert

 Je ne suis pas insensible au siècle commençant : les grands travaux, les mise en culture, les remise en forme de monuments civils ou non  ont droit à mon regard intéressé. Et puis le patrimoine…enfin, tout m’intéresse. Je bavarde avec les gens, je les interroge, je glane des suggestions de lieux à voir. 


Vignobles irrigués de la vallée du Cinca

Il est délicieux

Fruitiers dans le désert de l' Ebre

L' Ebre en plein désert

 Cependant comme mes petits voyages ont souvent pour but la montagne, je ne peux pas tout faire…J’ai l’avenir devant moi, et Ulysse pour compagnon de voyage.

Terminus  du voyage aller
Le barrage de Cavallers 

La musique ! Indispensables sont ces morceaux que j’aime et  que j’écoute longuement…Quant aux nuits, l'art du voyage c'est aussi de les rendre belles, ou insolites. Ainsi ma nuit dans le désert des Monegros, au milieu de nulle part , portes grandes ouvertes sur les parfums et le silence nocturnes, avec la lune pour voisine et le soleil tremblotant dans l'aube humide...un moment d'exception...
Mon hôtel en plein désert



Lever de soleil sur le désert







Ah oui, voyager seul , c’est voyager à temps plein, même sur de courtes distances…




" N'a pas voyagé qui n'a pas a fait au moins une fois le tour de soi même..." Confucius
                                                                                                                               (551-479 av JC)

18 commentaires:

  1. Oui Amédine Vivre C est Voyager :) il Y a aussi le Voyage dans Le Temps Celui la Je L Aime Bien aussi Il M accompagne souvent :) Calinous aux Minous Bisous à Vous Pensées pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voyager c'est sans cesse, je voyage aussi avec mes chats, en les observant, je voyage dans leur monde fascinant. Bisous

      Supprimer
  2. Coucou ... Excellent reportage, toujours avec de belles photos!!!
    Je te souhaite de continuer encore longtemps de voyager comme tu aimes tant.
    Douce soirée, Bisous et Câlins aux Félins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je m'y emploie pour l'heure...Bisous

      Supprimer
  3. C'est un régal comme d'habitude, tes images, ton texte.
    Comme toi j'aime conduire même si maintenant j'ai laissé tombé le camion et le van.
    Par contre je ne pars plus seule comme avant et là je te dis chapeau !
    Tes photos sont toutes belles mais j'aime beaucoup celle des fruitiers si "graphique", la vue sur l'Ebre et puis par goût les arcades de ce village désert.
    Les villages envahis, très peu pour moi et j'attends que les nôtres se vident pour en arpenter les ruelles.
    Continue à nous faire rêver.
    Gros bisous Lison et câlins à ta Tribu pleine de poils !-:))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je partage pleinement tes goûts. dès que je vois du monde cela me repousse. je suis pas comme tout le monde je me dis. mais puisque ce que je vis me convient, pourquoi me forcer ? Oui parfois je me force à ne pas m'isoler car c'est un pli que l'on prend et dont on peut souffrir plus tard, à en mourir. Bisous Mireille, toujours heureuse de te lire

      Supprimer
  4. Encore une belle expédition , des pistes, le désert... tu m'as démontré que l'on peut faire quelques kms et non 16.000 kms pour trouver l'ambiance de piste de la Nouvelle-Calédonie. Mais comme j'adore ce pays , je retourne forcément là-bas, l'hiver chez nous et l'été dans le Pacifique. Toujours de très belles photos de jolis villages d'Espagne la fontaine de la 1 ère photo comme on voit souvent dans ces villages typiques espagnoles et ce fleuve el Ebro si calme et si large ... j'ai adoré ... ton voyage et ces ruines dans les Monegros, quelle construction originale les tuiles en biais , les anciens m'épatent par leur imagination .. Merci pour cette évasion ...à la prochaine ... encore de beaux voyages bises et caresses à ta tribu ..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis trompée, ce ne sont pas des briques mais des pierres , j'ai beaucoup aimé ce dessin qu'elles forment .

      Supprimer
    2. coucou Annie, toi qui es curieuse de tout je sens qu'un jour tes roues te porteront vers Saragosse !Continue à voyager et nous envoyer tes jolies photos, on visite en live avec toi, moi c'est en différé.Bisous

      Supprimer
  5. J'aime... que dire de plus ? Mon désert maintenant, c'est mon bureau et internet mais je suis nostalgique de mes anciens déserts... Merci Amédine de réveiller ma mémoire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ton désert est ton bureau mais ton dessert est ce que ton ordi t'envoie; je ne parle pas de mes images et mes textes mais internet est une mine d'or pour qui l'utilise à bon escient

      Supprimer
  6. J'ai plaisir à passer un moment à vadrouiller avec "Ulysse". Merci de me faire rêver à travers tes photos si bien légendées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi j'ai eu plaisir à vadrouiller sur les beaux textes que j'ai lus sir votre blog malheureusement je n'ai pas trouvé comment y mettre des commentaires...ah ce texte sur la comtoise...

      Supprimer
  7. Quel beau billet, qui m'a presque mis les larmes aux yeux. Bravo de continuer à voyager ainsi seule, afin de découvrir tous les trésors que la terre nous offre ! Tes photos sont superbes et donnent vraiment envie ... de partir !Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voyager à deux me captiva longtemps, voyager seule a une autre dimension plus riche tout en restreignant mes distances...pour cause de chats nombreux à la maison. Bises

      Supprimer
  8. Réponses
    1. que j'ai eu grand plaisir à rédiger; l'idée m'en est venue sur la route aller, dans les montagnes de catalogne espagnole. Alors j'ai poursuivi cette idée à la maison et j'ai pris grand plaisir à cela

      Supprimer
  9. Un magnifique billet, Amédine ! Tu es une personne passionnée, avec toujours en toi une immense soif de découvrir. Tu es à l'écoute, attentive, tu observes, tu vois, tu respires, tu communiques, tu vis !
    Je te souhaite encore de très beaux voyages en solitaire.
    Je t'embrasse fort, ma belle.

    RépondreSupprimer