lundi 17 octobre 2016

La Serre de Mauri...presque un second Aigoual.

Personne n'a jamais eu l'idée de construire ici un observatoire météo donc on n'en saura pas davantage sur cette Serra de Mauri, en Capcir, région pourtant longtemps surnommée "la petite Sibérie" joliment transformée, m'a t'on dit, en "petit Canada".

Sur le plateau de la Serra de Mauri

La semaine dernière j'étais au Mont Aigoual (clic)( article précédent) et il est vrai qu'il y a des similitudes : même aspect géographique, même végétation, mêmes épisodes climatiques. J'imagine ensuite que l'hiver et l'été ont de grandes différences entre ces deux lieux.
Situation (le point bleu)

La Serra de Mauri se situe tout en haut des pistes de ski de Formiguères et conduit, à travers son plateau inhospitalier, aux lacs des Camporeils.

Comme l' Aigoual c'est un plateau battu des vents, un plateau comme un navire, plongeant abruptement sur deux de ses faces dans des vallées : celle du Galbe et celle de la Lladure. Tout au bout, à sa proue, 200 m plus bas, les Camporeils étalent leur majesté. Toutefois, contrairement à l' Aigoual, il est entouré de sommets majestueux et bien plus hauts que lui, donc pouvant faire un barrage relatif à une météo extrême.

Crête de la Serra de Mauri

Mais rendons nous y au gré du pas tranquille de ma promenade de santé : je ne saurais mieux dire, c'est un test facile que je m'impose avant verdict médical.



Me voici donc, après une nuit à Formiguères, en train de grimper tout là haut par une piste forestière, piste de ski en hiver. Cette piste croise les pistes de ski de descente fin prêtes pour la saison, tapis de velours mordoré qui donne envie de les descendre en camion ! Je ne m'y hasarderai pas :-))

 Le soleil de sang allume l'horizon du Madres et se noie un peu dans le plan d'eau.





Puis le ruban de terre en forêt m'absorbe avant que de m'offrir un rare spectacle qui conjugue la lumière du matin avec un ciel d'encre.



Sans savoir à cet instant ce surnom pré cité, je me crois au Canada! Dommage qu'il y ait le couvert de la forêt, je suis montée trop tard.









Altitude 2051 m : je laisse le camion et sa gardienne, une petite Nina de un mois.
Le départ en forêt est en pente douce mais je sais déjà que mon essoufflement est toujours là et mes jambes molles aussi.



Le pic de Camporeils sera remis à plus tard, avec ses 2600 m.



Flamboiement éphémère (et oui, la magie des couleurs..naturelles ! de cette rare lumière)



D'autant que la météo est maussade. Dès que j'aborde la Serra de Mauri, un âpre vent de sud ouest me saute au visage, tout le reste est soigneusement emmitouflé.
La Serra ne fait guère que quelques 3 km de long par 1 km de large, à 2200 m d'altitude, longée au sud par une ligne de crêtes à 2300 m en moyenne . Autant dire un altiplano. Comme l' Aigoual sauf qu'ici on retrouve la végétation normale de cette altitude, la même qu'à l'Aigoual: comme je le dis dans mon précédent article, à l'Aigoual les températures sont si extrême qu'il y règne le climat et la végétation des plus 2000.

Désolation du désert ...et sa beauté...



Et soufflait un curieux blizzard : février 2014


Sur la Serra de Mauri il n'y a pas âme qui vive, sinon ce vent aigre  et moi qui l'affronte gaiement. Je remplis mes yeux d'un paysage que je redécouvre sous une bizarre lumière qui le teinte de gris et de bruns. Mes sommets familiers sont tous devant mes yeux...pourrai je y remonter un jour...?

"fita" sur le sommet : 2412 m
Le Carlit et les sites de mes dernières randos

Face sud, l'à pic sur la Lladure est impressionnant : 700m , je vois mugir le torrent dans le creux d'ombre. Face nord, le plateau plonge en vagues molles jusqu'à l'a pic sur le Galbe, je n'irai pas à cette extrémité. Je préfère la proue ce ce navire qui doit être fort fantomatique par brouillard ou blizzard. Et là me saute au visage ce paysage unique


Les Péric et les Camporeils


Les Péric en hiver vus de puis la Serra de Mauri


Là où je voulais aller



Côté Aude, il essaie de surnager : le Bugarach 

Porteilles du Laurenti et d' Orlu , limite Ariège
Vallee supérieure du galbe



Ornières de glace sur la piste du refuge et ciel d'encre sur le Canigou



Hiver sur la Sierra : Camille
La végétation ne gêne guère sur ce plateau : basse, rabougrie, éparse, atrophiée, mutilée, elle parle à livre ouvert de la rigueur d'ici...Petite Sibérie...



Version été et hiver (face nue côté nord)
Je musarde sur le plateau dont on a vite fait le tour et je file me mettre à l'abri pour prendre un rapide en cas, je suis encore à jeun .
Et à présent, réchauffons nous enfin aux couleurs de la vie d'ici...Un incroyable bleu des montagnes se profile entre les sapins ! Dans la forêt au sol gelé déjà, pailleté de lamelles de glace.

Bleu Cambre d' Ase

Bleu Madres

Bleu Madres ...le ciel n'a pas changé toujours aussi gris

Avant que de retrouver, dans la forêt encore odorante, une petite Nina endormie et paisible qui ouvre un oeil étonné avant  de faire ses premiers pas dans la forêt...
Nina, un modèle réduit de Lison




14 commentaires:

  1. Bonsoir ... Une Nature hostile et merveilleuse à la fois ... mais quelles photos ... elles sont magnifiques !!!
    Adorable petite Nina va adoucir ta peine.
    Douce soirée, Bisous, Caresses à tous tes Félins

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une nature assez étonnante désolée et belle à la fois : j'ai rencontré un habitant des lieux pressé de me tourner le dos : un lièvre. Et sur la piste un magnifique écureuil noir, ça aussi c'est le charme secret de la nature. Faut être à peu près seul pour ces rencontres là... Bisous

      Supprimer
  2. Merveilleux Baptême de La Montagne pour Votre Petite Nina :) Le Bonheur :) Vos Photos de " Notre Bout du Monde " sont Magnifiques Vous Nous offrez dans Votre Récit Évasion Rêve Poésie Plénitude Merci Amédine continuez à Nous emporter dans Les Balades de Lison :) Calinous aux Minous Bisous à Vous Pensées pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Claudie pour votre gentil commentaire; le charme est à la porte de chez soi. Bon c'est sûr qu'il n'est pas dans la rue, en général ! La serra de Mauri est un petit bout du monde, c'est vrai mais s'il est désert, ça ajoute au charme. quand je traverserai vers un ailleurs, je la verrai d'un autre oeil. Bisous de nous

      Supprimer
  3. LE BAPTËME DE MA MONTAGNE pour Nina... curieuse dans doute et intriguée, mais que de découvertes pour elle ... De belles photos dans ce paysage lunaire , si sauvage, si désert et si magique ... une évasion étonnante, un beau récit ..; Merci encore . mille pensées à Lison Lisette et Ignace , mille caresses pour les autres... Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une évasion simple dont personne ne vante les charmes : rien sur internet ! Juste les sensations que j'ai pu avoir pour mon récit. Merci Annie et une pensée de mes chats pour toi ! Bisous

      Supprimer
  4. Bonjour ma chère Lison!
    Ce paysage chez toi est magnifique et cette montagne vraiment petit Canada!
    Quel endroit pour faire des tours et ballades!
    J'adore la photo avec Camille et ce ciel!
    Et je suis étonné! Ta Nina est une petite Lison!
    Elle est si mignonne et j'espère tu te sens mieux avec lui.
    Passe une bonne journée Lison!
    Je t' embrasse très fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Nina est une petite Lison aussi vive et intelligente. Je vais passer de bons moments avec elle si le Destin lui prête vie. Je t'embrasse

      Supprimer
  5. Une jolie balade, tranquille, avec des paysages déserts mais pourtant merveilleusement beaux, et une petite Nina qui attend bien sagement au chaud dans le camion. (sourire)
    Merci pour ce joli moment, Amédine. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui balade tranquille ça me change mais ça a ses charmes si on sait les faire émerger. Bisous

      Supprimer
  6. de très belles photos pour cette balade. Et un texte limpide ! Merci

    RépondreSupprimer
  7. Quel beau pays tu habites ma petite Amédine. Je t'envie.
    Tu sais, d'ici deux ans je compte m'installer aux alentours de Bézier, je ne serais pas loin. Et pas loin de ROSAS Oh ROSAS non plus.

    J'ai lu ton article sur Lisette et la petite Lison. Celui juste avant celui-ci. C'est poignant. La vie nous donne du bonheur et nous le reprend. C'est injuste.
    Nous n'avons pas le droit au bonheur complet. Non. C'est écrit tout ça. Le destin que l'on ne maîtrise pas.

    Gros bisous ma belle,
    Chantaloup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bientôt voisines ?? Chic je t'attends...ah on en aura à se raconter... Je t'embrasse , en attendant on s'écrit

      Supprimer