mardi 13 août 2013

La rando un peu folle !

Pourquoi folle ?
Parce que éprouvante, rude et fascinante...à postériori, en regardant les images.
Car sur le moment, quelle galère !!

Vu de chez moi, en plaine, il a l'air majestueux et placide, lui, le mythique Canigou (2784 m).



Là, c'est une autre facette, on le devine moins placide.


Au bivouac, le soir, on ne voit rien, le parking est un trou de verdure où ne chante même pas une rivière! Un trou désagréable, sans univers.


Avec Camille on se crée un univers de petit restau champêtre arrosé de Muscat de Rivesaltes, entre nos deux bivouacs
 à moteur.


Demain, c'est aux aurores qu'on décolle.
En route vers les cimes, il est 6 h 30 et, sous les sapins,
 il fait presque nuit.



On rencontre une curieuse vache à deux têtes,

Encore dans l'ombre

Les dalles

puis plein de monde qui grimpe aussi vers le ciel d'où le soleil daigne enfin nous saluer.
Lys tigré

Arnica

?

Achillée

Achillée millefeuilles
Le Cady

Les 7 hommes

Vers la cabane de l' Arago
A partir de cette cabane semi en ruines, on diverge: on ne va pas défiler sur le sentier du Canigou, on bifurque hors piste vers les Gorgs du Cady, petits lacs où naît cet affluent de la Têt qui va jusqu'à Villefranche du Conflent en arrosant Casteil et Vernet les Bains.

Joli cirque de montagne vers lequel on va

On progresse vers "le désert"


Un des cinq gorgs

Personne à l'horizon, sauf des cailloux et des rocs et de la pierre. 
Et de la roche. Et de la caillasse
La variété, quoi !

Quelques plantes d'altitude dont ce séneçon qui pousse dans la caillasse.


Et le Canigou ? On lui fausse compagnie ainsi qu'à son défilé dans un univers sec et minéral.

Observez ces 3 vues prises du même lieu:


Vue normale: le Canigou au centre


Au télé, le Canigou et son relief tourmenté






Zoom maxi : le sommet, avec sa croix et des randonneurs
Au flanc, la "cheminée", passage obligé et vertigineux et ses grimpeurs comme des araignées

Impressionnant, non ?


Pour nous, la route sera aussi ardue: pas de sentier, juste une grimpe au jugé sur une pente d'éboulis: du sport! Pour couronner le tout,  entre ma côte blessée et une déchirure musculaire de l'autre côté, je galère mais je me suis solidement sanglée.

Le chemin qu'on va se frayer dans les éboulis

Les Gorgs du Cady...et la mer entre les pics



Difficile chemin. Camille a une jambe sanglée, lui: nous faisons une drôle d'équipe !
Mais on grimpe gaillardement, malgré la douleur, la chaleur, la fatigue.





Nous arrivons sur la crête
Juste sur le toit d'un monde: altitude 2640 m
Et que voit-on de ce toit là ?
Mais...bien sûr ! LA MER !!! (golfe de Narbonne)



Le Canigou et ses grappes humaines



La ligne de crêtes minérale






Juste un peu de rose à ras du sol



Et le "chemin" que nous prendrons pour descendre: 500m en dénivelé que nous descendrons en droite ligne dans la caillasse. Sous le soleil brûlant.






Mais on prend d'abord le temps de contempler (et de manger)

Progression attentive dans les rocs


La roche? Du gneiss coupé de quartz laiteux très blanc

Un joli petit lac de fonte à 2500m, sous le pic Rotja 2724 m
Enfin on attaque le retour, un tout droit dans les éboulis où je trace le parcours pour Camille qui a 75 ans et un genou un peu fou. Moi, j' ai un peu moins d'années et un dos en goguette: à nous deux on ne fait pas un humain convenable, mais on a la fougue, la santé et l'envie...La prudence aussi...quoique...?




Halte à mi descente

Regard dubitatif de cet isard qui se moque de ces humains si peu agiles sur deux pattes

L'arrivé en bas, à 2150 m.
On voit la coulée blanche que l'on vient de descendre



Ici, on retrouve le sentier et il y a encore deux heures de descente pour regagner le véhicule et, pour moi, plus de deux heures de route encore....
Oui, une rando un peu folle: 19 km dont 5 hors piste dans le roc et 1300 m de dénivelé.

Et finalement, même si j'ai clamé "Jamais plus je ne remettrai les pieds ici !" 
avec colère, je dois avouer que ce fut beau...





9 commentaires:

  1. oui c'est beau, et fou... impressionnant. bravo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci; à présent je ne regrette pas d'y être allée; on a la chance d'avoir ici de belles montagnes et la mer. Bises

      Supprimer
  2. Je viens te dire bonjour LISON et je file
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  3. Bien sportive cette balade :) Tu n'as pas une formation commando par hasard?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut être dans une vie antérieure, avant de me réincarner en ce que je suis ?

      Supprimer
  4. Je suis impressionnée par ton périple et la force de ta volonté.. à l'issue de cette rando.. la mer si belle et si calme.. mais je note ta souffrance et là je me dis quand même elle ose, persiste et signe.. alors bravo et merci pour ces belles images. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis solide, endurante et très opiniâtre. Très physique et sportive aussi.J'ai l'amour de l'effort et de la belle ouvrage même si c'est inutile.mon père parlait des "travaux imbéciles" là où on s'éclatait pour de l'éphémère inutile à long terme. ma mère ne comprend pas, elle ne voit que l'utile, jamais l'agréable. Bises

      Supprimer
  5. Effectivement c'est vraiment beau, un grand merci pour cette somptueuse balade. A bientôt !

    RépondreSupprimer