dimanche 22 décembre 2013

21 ème balade en vignes : la taille

Tous les matins de taille de la vigne ne ressemblent pas à ceux-ci.


Matins de début du monde...


Tous ne sont pas complètement givrés ou parfaitement éthérés.





La taille s'échelonne entre novembre et avril alors on en voit de toutes les couleurs.
Les puristes, dont je fais partie, attendent la chute des feuilles; d'autres ne s'embarrassent pas de pareils états d'âme. Il y a le respect du végétal, me semble t'il.

La taille que je vais vous présenter aujourd'hui est celle des « gobelets ». Traditionnellement, le vignoble du midi n'était pas sur espalier mais en gobelet, très près du sol, pour contrer la force du vent, je pense.
Depuis les années 80, le mode de culture a changé. La vigne est très résistante et docile à la fois, on peut transformer en espalier un très vieux « gobelet ».
Ici, je vais vous présenter la taille de mon gobelet plus que centenaire.(clic)

Avant / Après


Pour la randonneuse que je suis, ici, c'est du 100 mètres à l'heure: vitesse rampante, mais travail de contorsionniste! On tourne autour du cep, en se contorsionnant pour atteindre les moindres recoins. Le dos n'adore pas. 



Je travaille aux sécateurs électriques, le progrès a du bon...


100 ans d'outils de taille
Aujourd'hui, c'est le sécateur électrique, outil aussi reposant qu'efficace... mais dangereux!


La force est démultipliée; comme il y a en moyenne 30 coups de sécateur par cep, les épaules, avec les outils classiques, recevaient tous les chocs. A présent, c'est tout en douceur mais...la coupure ne pardonne pas: c'est l'amputation garantie.
"La coupure est franche et permet un re greffage aisé du doigt" : parole de chirurgien.
"Pendant 20 minutes, on ne sent rien, cela permet d'organiser les secours": parole d'amputé.
"Mieux vaut ne pas essayer": parole de moi.

Quoiqu'il en soit, presque tout le monde est à présent équipé de cet outil.
Mon "associé" de vendanges me prête sa cisaille électrique qui permet de couper les bras morts.
L'outil ouvre une grande gueule et tranche le bras...de cep. Dieu garde qu'on y mette autre chose, vu la puissance !

Donc, la taille consiste à ôter les sarments pour ne laisser que les coursons porteurs de la future pousse et récolte.


Un cep  taillé


Les coursons
A gauche: "à 2 yeux vus"; à droite: "à un oeil"


La taille obéit à une technique élémentaire. L'équipe de tailleurs appliquera ses connaissances et sa technique; il faut souligner que pas  deux personnes ne tailleront de la même manière.
La taille dite "à 2 yeux vus" est plus fructifère. Chaque courson donnera naissance à 2 sarments, porteurs chacun de 2 raisins, c'est à dire que 6 coursons donneront 12 sarments soit 24 raisins. Moi je taille à 7 coursons et dans les endroits sujets au vent violent à 8 pour prévenir la casse de printemps.

Cependant le vigneron taillera différemment, de même que l'ouvrier agricole attaché à un domaine: on taille en fonction des courants du vent, du passage des outils agricoles, et de sa sensibilité esthétique.
La taille, en outre, prépare la future récolte.
Le travail de la vigne est toujours une anticipation sur le futur.
Sur la photo ci-dessous, voici ce que l'on nomme "les plaies de taille" : en vert, celle du moment, en gris, les précédentes.
En fait, un cep de vigne raconte le passé et plus on se rapproche du sol, plus ce passé s'éloigne. C'est toute l'histoire du cep et des hommes qui est écrite...En creux et en relief.




Celles-ci sont plus près de la guerre de 1914 que de son futur centenaire.




Quand je vous parlais du vent, voyez son saccage : c'est lui qui brise ces solides sarments .




Tailler la vigne est un travail de patience, de lenteur qui demande de l'attention, du goût, mais aussi qui laisse l'esprit libre pour écouter, sentir, réfléchir, imaginer, rêver. A  condition que le vent violent et le froid qu'il décuple n'anesthésient pas l'esprit.




C'est un travail que j'aime, moi, la toujours pressée.
Parce que cela sous tend une certaine créativité...

Que faisons-nous des sarments?
Autrefois, c'était le travail des femmes de les ramasser à la main pour en faire des fagots.

Il y a longtemps que c'est fini; ici, on ne les brûle pas
dans les rangs comme en certaines régions: on les ramasse avec des machines et on les amène sur les bords de vigne où ils vont vite se décomposer.
Certains les broient; cela ne me plait pas car il reste des débris partout.




Les feuilles sont tombées très tard cette année, à cause du temps. Sur les ceps restent quelques feuilles oubliées et de savoureux raisins intensément sucrés.








Des perles de rosée


Un odorant tapis



Dans ma petite balade à 100 à l'heure (oui, 100m à l'heure), j'ai eu une pensée pour vous: 
vous faire partager ce qui va m'occuper 
longtemps et lentement...


Les verres de vin et de champagne que vous allez savourer à Noël, c'est aussi cela...

Très bonnes fêtes à tous mes lecteurs....


10 commentaires:

  1. Coucou chère Lison!
    Je suis très heureuse de te connaître ...
    Et merci pour tes féeriques billets pleine de la beauté et nature ...
    Je te souhaite des bonnes fêtes avec ta famille!
    Je t' embrasse fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Géli; toi aussi, je suppose tu vas être en famille; il n'y a que les personnes les plus seules au monde pour être isolées un jour de Noël. Je t'embrasse fort aussi

      Supprimer
  2. bonjour, je me suis permis de mettre votre lien à propos de la taille de la vigne sur le blog boulounencq :
    http://joalvolo.over-blog.com/
    si cela pose un problème faites le moi savoir.

    RépondreSupprimer
  3. Un billet passionnant, j'aime ce travail de minutie et d'amour.Je ne savais pas qu'il existait un sécateur électrique.
    Tes photos sont superbes.J'aime beaucoup la première.
    Je te souhaite de passer de belles fêtes , bisous Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belles fêtes à toi aussi, je pense que ce sera plus réussi qu'ici; je fête quand même Noël en famille chez mon frère où c'est très chaleureux. Sinon, le soir du 24 c'est en solo avec mes chats. Je t'embrasse fort

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup cet article, il me manque seulement la vigne. En suivant tes conseils j'imagine que je peux faire de bonnes choses. Je vois que la brume et chez toi aussi.
    Joyeux Noêl, Lison!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faudra en planter une! Après, je te guiderai. Bon Noël, Marius

      Supprimer
  5. Très instructif. Merci Lison. J'espère que tu as passé de bonnes fêtes de Noël. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai une famille en or! Bisous à toi et bonne fin de Noël

      Supprimer