dimanche 29 décembre 2013

Sibérie Audoise et Tarnaise

Il faut être un peu folle pour quitter un grand ciel bleu ensoleillé et filer vers le "nord", soit le département voisin de l'Aude à la rencontre de l'hiver.
Bon, la météo avait tout faux...et je ne le regrette pas.

Sitôt passée la porte arc en ciel après Narbonne,



C'est le grand mauvais temps qui m'assaille. Cela ne me déplaît pas, c'est très poétique.






Ces arbres et ces routes qui se fondent dans la brume sont d'un charme fou: je ne suis pas d'un pays de brume mais d'un pays de lumière alors j'ose dire que ça a du charme :)




Je suis dans la Montagne Noire qui s'étend de part et d'autre de la limite entre les départements du Tarn et de l' Aude.





Le coeur urbain de cette montagne noire est Mazamet.
Dans un écrin de verdure au pied de la montagne.


 Etrange histoire qui mérite d'être contée que celle de cette ville et ses environs .
 Depuis le 16 ème siècle, une forte industrie lainière s'est développée dans les vallées de montagne, la vallée de l'Arnette, pour atteindre une cinquantaine d'usines au 19 ème siècle; comme la vallée est toute petite, les usines et moulins y étaient entassés.La région produisait de la laine et des textiles , mais manquant de matière première, en 1856, quelques industriels sont partis en Argentine chercher des peaux de mouton qui étaient jetées, le mouton étant élevé uniquement pour sa viande. L'industrie du délainage a alors débuté supplantant la draperie, c'est à dire séparer la laine du cuir; ainsi se sont développées les industries de maroquinerie, ganterie, travail de la peau etc...Et également la fabrication d'engrais organiques destinés à l'agriculture et à la viticulture du midi. 6000 ouvriers travaillaient là en 1900. Quand on voit l'étroitesse de la vallée, c'est impressionnant. Car ces usines ont toujours fonctionné à la force hydraulique . De la rivière l'Arnette. Qui, en 1999, a tout saccagé.

Mazamet devint un important centre bourgeois; il reste aujourd'hui des vestiges de ces immeubles cossus occupés par ...des banques!




Actuellement, l'industrie n'est plus qu'un souvenir, les bâtiments s'effondrent et sont ruinés; quelques établissements essaient avec vaillance et ténacité de produire de la maroquinerie et des vêtements de cuir.



Mais la Montagne Noire a une autre histoire que je vous conterai une autre fois: celle du Canal du Midi,
au 17 eme siècle, avec son héros, Paul Riquet, pour lesquels (le maître et l'oeuvre) je me suis passionnée.

Aujourd'hui, la Montagne Noire oscille entre la pierre et le bois.
Les usines de défont,



les forêts donnent leur fruit.




Et moi je grimpe vers ce qu'il faut bien appeler aujourd'hui: La Sibérie!



Non, moi, c'est voiture 






Je ne suis pas en grande altitude, 1000m environ mais il me faudra laisser la voiture non loin des 1200m du sommet, pour cause
de neige.







Et là, ça devient tout plaisir : je ne suis pas en tee shirt comme à 2500 m, je suis en doudoune et quasi gelée.




La glace est tellement collée par le vent, que même agitée par un vent fort, elle ne tombe pas : dans ces bois, on entend comme un cliquetis de perles, ces perles de rideaux qui s'agitent à la brise d'été.

Sauf qu'ici, il gèle, le vent à plus de 70 km/h cingle, rend mes jambes comme du bois et mon visage comme un bloc de glace.

 La hêtraie n'est qu'un délicat tintement de clochettes discrètes, comme si le Père Noël y faisait une halte incognito afin de chercher un peu de repos...Oui, sans doute était ce cela; je me suis éloignée sur la pointe des pieds, enfoncée dans la neige, pour ne pas troubler son intimité.


La tempête ancienne et celle plus récente ont saccagé les pins pourtant courts sur pattes et c'est une armée décimée qui gît  et survit.





Puis la forêt et ses moignons disparaissent pour laisser place à une "toundra" qu'un violent blizzard balaye, glace et neige mêlées, griffant mon visage de milliers d'aiguilles acérées.

La neige a été balayée et mes yeux comme vitrifiés ne distinguent rien. Seraient-ils seulement capables de voir le monument du Pic de Nore?

Contrainte au demi tour, je protège mon visage avec mes bras et...je me régale, bien sûr!


Et pourtant, c'est si beau, l'été ici....








                        C'était le 31 mai 2009












16 commentaires:

  1. Impressionnantes tes photos prises en Sibérie !
    Oui, je confirme, t'es un peu folle ! ;)
    Et la Montagne Noire, moi, elle me stresse, même en été...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant qu'est ce qu'elle est belle! je l'ai parcourue dans tous les sens et même à VTT. Même en "Sibérie" provisoire, je l'aime...

      Supprimer
  2. je n'aurai pas affronté la tempête! Quel courage.
    Les photos sont superbes, c'est vrai que c'est poétique.
    et j'adore la petite dernière photo....trop mignon
    merci, bisous
    Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, Laurence; non, je t'assure ce n'était pas une grosse tempête mais il y avait quelque chose de sacré, comme une grande musique. C'est cela, une musique...toi la musicienne, cela pourrait te parler...Si tu venais avec moi, tu me dirais laquelle

      Supprimer
  3. Belle Ode à l' Aude ou plutôt à la montagne de L'Aude. Très instructif l'histoire de Mazamet. Tu es une sacrée aventurière pour aller braver untel froid.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, Ludo, l' Aude, je la connais ...pas comme si je l'avais faite...mais ...

      Supprimer
  4. Bonjour chère Lison!
    Merci pour cette poétique et magique balade ...
    L'hiver est chez toi mais seulement très haut ...
    Chez moi il n'y a pas de la neige - malheureusement ...
    Comme toi je trouve le paysage très douce et calme avec la neige ...
    Ma chère Lison je te souhaite de bonnes fêtes de fin d' année et beaucoup de bonheur et santé!
    Je suis heureuse de te trouvé ...
    Je t' embrasse!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très bonnes fêtes à toi aussi Géli, j'irai te retrouver sur ton blog qui est un régal.Je t'embrasse fort!

      Supprimer
  5. Bonsoir Lison.
    Tes photoset notamment celles de la Sibérie m'ont enchantée... et ta façon de raconter ton escapade est tout à fait charmante et toujours instructive.. J'adore me poser dans ta maison. Je t'embrasse en te souhaitant de passer de bonnes fêtes de fin/début d'année.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien faire partager mes escapades toujours sauvages; sans trop écrire mais en expliquant un peu pour donner un peu plus de corps à mon texte, enfin déformation professionnelle sans doute, venue du temps où je "professais" ! Heureuses fêtes , régale nous de tes couleurs.

      Supprimer
  6. Tu es vraiment courageuse .J'aime beaucoup cette région aux saisons plus douces! Tes photos sont magnifiques et ton reportage est très vivant.!
    Je te souhaite une belle fin d'année, bisous Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu connais donc ce coin , toutes les saisons y sont belles avec une pointe de tristesse l'hiver mais le printemps y est une chanson. A force d'aller en montagne, il y a plein d'endroits qui me manquent. Alors il faut que je rattrape un peu ces absences. Bonne fin d'année, joyeuses fêtes et bisous

      Supprimer
  7. LIson elle est belle ta montagne
    BISOU et bonne Année à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bisou, Flo, belles vacances et bonne année à toi

      Supprimer
  8. LISON bonjour et bien je ne pourrai pas sortir et faire comme toi
    QUEL courage tu as eu ce jour là
    tes photos sont très belles et j'adore ta première photo
    comment ne pas l'aimer et la regarder
    Je te souhaite une belle et nouvelle Année dans la joie et avec des sourires
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gros bisous, France; passe de belle fêtes

      Supprimer