mardi 27 mai 2014

Privée de montagne....mais....pas de.....

Pas de désert ni de dessert !
L'un comme l'autre étant mes Garrotxes préférées....

En ce samedi 24 mai, je retourne sur "ma " route alors que le ciel est maussade et que quelques gouttes de pluie réveillent la nature.

Les Garrotxes dans le département 66
Situation géographique

En préambule: situation des Garrotxes, région particulièrement aride et désertique.







La montagne, aux alentours de Cabrils (cf mon précédent billet), au fil des siècles, s'est désertifiée, a perdu toute son économie vivrière et compte aujourd'hui de rares habitants et plus aucune culture.
L'été elle revit avec le tourisme rural, un festival de musique classique et bien sûr la montagne environnante: le Massif des Madres qui attire les randonneurs.
L'hiver c'est la léthargie tranquille des villages de moins de 30 habitants, villages de charme cependant.
A la rencontre desquels j'aime aller, ce n'est un secret pour personne.
Me voici donc dans un paysage que le printemps fait chanter malgré l'averse, comme chante tout au fond
le Cabrils grossi par la fonte des neiges.



Ma "route 66" s'étire comme un serpent que le printemps réveille
Les Garrotxes comptent peu de villages, j'en choisis deux ce jour : Railleu et Sansa, tous deux situés à 1360 m d'altitude.
Raillleu -15 habitants- est niché dans une profusion de fleurs : j'ai imaginé que le maire était une femme pour fleurir aussi élégamment son village. Car cette profusion se double d'élégance. Une touche féminine..
(Pardon si je fais erreur!)

Eglise Saint Julien 17 ème S

Au fil des rues

Pas un chat ?

Il y en a au moins deux !

Dans le village je ne rencontre quasi personne mais je ne peux dire "pas un chat" car celui ci me fait les honneurs des ruelles ...à distance prudente toutefois.
Railleu est escarpé, fleuri, impeccable, et prépare les élections européennes. La mairie bruisse de voix humaines en attendant les voix muettes des votes.
Je me rends à l'église, l'actuelle, St Julien, haut perchée avec des allures de château fortifié.




Le cimetière attenant , long et étroit, sous lequel veillent des jardins et un épouvantail, peut s'énorgueillir de cette vieille couronne de perles, objet d'un autre âge, surmontant une tombe : ces couronnes de verroterie me fascinent toujours malgré les ans (les leurs et les miens surtout).

Railleu eut un vieux village comme tous les villages des Garrotxes : l'ancien village situé au-dessus de l'actuel mourut des guerres franco espagnoles du temps où la région était espagnole (avant 1659) et où les Français brûlèrent et détruisirent les villages, au 16 ème S. A cela s'ajouta la peste, qui eut les mêmes effets destructeurs et les Garrotxes perdirent la vie bien avant de la reperdre au 20 ème siècle pour d'autres raisons (économiques et guerre de 14/18).
Je me rends donc à ce vieux village dont il ne reste rien, juste un pan de la chapelle du 13 ème siècle.
Et quelques tas de pierres, vestiges des modestes demeures de l'époque.



C'est dans ces ruines que je vais sceller mon sort : me priver de montagne.
Une méchante ferraille fichée dans le sol mord cruellement ma plante de pied bien chaussé, dans une fulgurante douleur dont je ne suis pas encore guérie à l'heure où j'écris ces lignes.
Rien de grave mais invalidant : moi qui galope, je fais connaissance avec le bâton de rando en guise de béquille.

Railleu est le pays du granit: ses carrières servirent à un grand nombre de réalisations au XX ème siècle : ponts, usines, murs etc...dont le célèbre Pont Séjourné du petit train jaune.



Quelques kilomètres plus loin, Sansa  sera mon hôtel de nuit.


Sansa : 20 habitants.
Le village a subi le même sort que son voisin mais la première église est intacte, remarquable d'ailleurs.
Ainsi le village compte deux églises, la seconde reconstruite au 19 ème "en haut" ainsi que le "nouveau" village, contrairement à Railleu où ce fut "en bas".
Cette église romane survécut ce qui n'empêcha pas le nouveau village d'éloigner le mauvais sort en en construisant une 2 ème.

La nouvelle




10 ème siècle
















19 ème & 20 ème siècles
Eglise St Jean









Je campe au pied de l'église, avec, depuis mon "balcon" une vue imprenable sur les Pyrénées

Le regard de Lison s'effare ! Et pour cause....Eux ne la verront même pas! Mais ils assisteront à tout mon repas, sous le regard outré de la Dame de Céans.


Dimanche matin, je visite les environs de mon hôtel:

Balade en rues, en couleur


Murs de maison, de four et de soutien
En granit
















 Je me rends à la mairie, non pas pour voter mais pour me renseigner.
L'accueil est chaleureux d'autant que les électeurs sont peu nombreux.
Alors je glane une moisson de renseignements sur ce village extrêmement vivant ; une mise en valeur du patrimoine y est très ardente: création de sentiers à thèmes (l'eau, les cabanes, les moulins), mise en place de panneaux pédagogiques, un engagement sûr et efficace.
Qui me conduit donc sur cette piste vers le Pla de l'Orri.

Piste du Pla de l'Orri et du Col de Sansa
Vestiges de terrasses et cultures

Piste qui croise le Cabrils gonflé d'eau, arrogant et puissant. Bouillonnant et bruyant.


 A plus de 1700m le Pla de l'Orri ouvre sur un vaste horizon enneigé, des montagnes à perte de vue et , à mes pieds, un parterre de fleurs dans la pelouse, de l'eau qui chantonne, une biche affolée, un vent frisquet...et une merveilleuse solitude. Doublée d'un bon repas.






Cortal Delcasso : 24 m x 7 m, voûtes en ogives, accueillait 300 moutons

Ici, on l'appelle "la cabane" : c'est une immense bergerie de pierres, couverte d'une toiture végétale, dotée d'arches et de solides granits, en "espérance de réhabilitation".

Je marche -péniblement et en douleur - au long d'une piste qui me conduit à une cabane de berger, un "orri" comme on dit en pays catalan, avec sa coupole de lauzes et son regard grand ouvert vers le soleil.
L'orri de Monsieur Hullo
Un peu plus haut un autre orri pointe son nez mais je n'irai pas jusqu'à lui.
Par contre je découvre des restes de scories qui attestent de l'ancienne présence de forges et la falaise du "llosaïre"! Si l'orri est en granit, ici même se trouve la limite schiste et granit; l'un comme l'autre entraient dans l'architecture locale; le llosaïre faisait provision de lauzes pour construire les toits !
Le marché du "llosaÏre"

De l'une ....aux autres
Avant de quitter Sansa où j'ai ramené mes roues plus à l'aise que mes pieds, je vais visiter le sentier des moulins.
Je verrai le mouli del magre (le moulin du maigre), récemment réhabilité....Il y a un an jour pour jour.

Moli del Magre
Moulin à farine traversé par une dérivation du Cabrils (la voûte en arche)

Les meules mues par l'eau

Un peu en aval, les ruines du moulin de Blazi, alimenté lui aussi par un canal dérivé de la rivière


Murs du Moulin de Blazi

Je n'ai pas su trouver les ruines du moulin du "serraïre" (de serra = scie) soit le moulin du scieur de long.
Et puis mon pied enrageait d'être aussi maltraité....


Mais que cette rivière "le Cabrils" était belle!




Et si elle ne fait plus tourner les moulins, elle fait chanter la vallée.



24 commentaires:

  1. J'aurais aimé dormir un jour dans un vieux moulin come celui ci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un vieux moulin aménagé cela doit se trouver. Non aménagé, avec un bon sac de couchage et pas peur des araignées et...des souris, ça peut se faire :-)))

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, magnifique votre blog, j'ai une petite
    question
    votre photo de header: quel est cet endroit magique ??

    merci
    cordialement
    Jean-Claude
    nos blog voyages usa: http://visitezlesusaparetats.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Jean Claude, merci pour votre appréciation; je suppose que header est la photo en tête de mon blog: si c'est le cas, c'est dans la montagne des Pyrénées, dans le département de l' Ariège (09), l' étang de Couart. C'est une de mes photos avec les rhododendrons en fleurs. J'irai visiter votre blog

      Supprimer
  4. merci pour toutes ces belles images de balade, j'ai beaucoup aimé la "cabane" en pierres,
    la présence du chat aussi..bisous
    Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureux WE de l'ascension avec tes filles; bisous

      Supprimer
  5. Coucou chère Lison!
    Quelle belle balade! J'ai envie t'accompagner!!!!
    Tu me fais rire avec ton petit village avec 20 habitants!
    C' est SUPERB - idéal pour moi - j'aime ça!
    Le Pla de l'Orri est un peu comme chez moi je trouve avec cette verdure et des plantes!
    Tu trouve toujours des petits coins Lison!
    Merci pour tes belles photos et je te souhaite une bonne journee!
    À très bientôt chez toi!
    Je t' embrasse fort!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors je te fais rire avec mes petits villages ? Cela m'amuse, ta remarque. En fait c'est plus vivant souvent que les villes : la vie du coeur je veux dire... Ce sont ces petits coins qui me donnent du bien être ; il y a 1000 habitants dans mon village, je le trouve trop vaste...Bonne journée de l' Ascension et je t'embrasse A très bientôt aussi dans tes prairies fleuries que j'aime

      Supprimer
  6. Bonjour Lison
    Je suis toujours surprise de voir que lors de tes balades tu trouves toujours a te loger malgré le peu d'habitants dans les villages que tu visites. Une fois de plus ton reportage est remarquable. On comprend que tu aimes ces endroits au passé prestigieux et aux maisons étonnantes. J'ai habité dans un ancien moulin à huile lorsque je résidais à Biot.
    Tes photos comme d'habitude sont superbes et parlantes. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me loge, Fanfan, sans problème car je dors dans mon fourgon aménagé et certes pas à l' hôtel, c'est pourquoi je choisis mon hôtel !!! Oh dis donc, un moulin à huile, comme tu devais te sentir bien. Il y a beaucoup d'âme. Moi je vis dans une ancienne cave à vin.
      J'ai du verre de Biot chez moi. je t'embrasse

      Supprimer
    2. Mille excuses Lison, je ne t'ai pas bien lu alors... hihihi va pour le fourgon... quel courage tu as ! Il est vrai qu'il avait beaucoup de charme ce moulin mas vie de l'époque un peu moins j'ai donc retrouvé Paris très vite, mais je garde un vrai bon souvenir de cet endroit. bisous

      Supprimer
    3. Fanfan j' ai MON HOTEL PARTICULIER, c'est ce qui fait le charme nocturne de mes escapades...

      Supprimer
  7. Bonjour Lison
    .Merci pour ce "reportage" si attachant de mes Garrotxes
    A bientôt pour aller à la recherche de la molina serradora, et d'autres constructions de nos ancêtres, quand le pied ira mieux !
    Jeanne de Sansa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente, Jeanne que cela vous ait plu. Alors laquelle est Jeanne ? Celle de Canohés ? Celle d'en dessous de mon "hôtel"? Une autre ? mais je reviendrai vous voir, j'étais si bien, là haut, plus près des étoiles...Amédine de Tresserre

      Supprimer
  8. Bonjour Lison ;)
    C'est avec un de retard que je trouve votre article ... Encore une balade magnifique avec de bien belles photos ;) J'aime beaucoup ces villages où il y a peu d'habitants et où le temps semble s'être "arrêté" ...
    Ah les Moulins, j'ai toujours été fascinée ;)
    Et j'ai bien ri en voyant la tête de Lison face aux chiens ;) Ces yeux sont vraiment expressifs !
    Dommage que vous ayez été privée de montagnes, mais je vois qu'il vous en faut plus pour vous faire abandonner ! J'espère que votre blessure se remet et que vous allez mieux, une blessure au pied, c'est toujours embêtant ...
    Je vous envoie des bises du Sud ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon pied va bien mieux Sylvie, merci; encore un peu sensible mais je marche. Je crois que les moulins fascinent tout le monde ! C'est à la fois la pierre, l'eau, la rivière, ou le vent, l'histoire qu'ils racontent, surtout. Il y a même des moulins transformés en gites, j'aimerais en essayer un. A Nébias dans l' Aude, près de Quillan, il me semble qu'il y en a un . Bisous, à très vite

      Supprimer
    2. Bonjour Lison ;)
      Oui, j'ai aussi vu des moulins transformés en gîtes et c'est vrai que j'y passerai bien une nuit ;)
      Me voilà rassurée pour votre pied ... Je connais des personnes qui n'ont pas vraiment besoin de leurs pieds, et qui restent assises toute la journée ... Mais vous, vous en avez tellement besoin ;)
      Je vous embrasse bien fort ;)

      Supprimer
    3. il y a dans les garrotxes le gite écologique du mas de trape, lequel est un ancien moulin transformé en gite, d'ailleurs le seul moulin encore en assez bon état dans toutes les garrotxes, tenu par des gens très sympathiques A VOIR !!

      Supprimer
  9. Lison, tu as vraiment l'art et la manière, ou plutôt devrais-je dire, les photos et les mots, pour raconter tes si belles escapades, et pour mettre en valeur les lieux où tu aimes te poser.
    Merci pour ce joli reportage, et partage.
    J'espère que ton pied va mieux, et que tu peux à nouveau marcher sans douleur.
    Belle fin de jeudi. Gros bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, Françoise, mon pied va mieux mais je ne peux presque pas marcher car le fait de marcher si mal a développé d'autres douleurs; je ne peux pas faire grand chose. Je voulais aller en montagne, je crois que c'est fort compromis.Je ferai du vélo !!! J'aime bien faire partager mes balades mais j'ai peur de lasser avec mes petits coins paumés... Bisous

      Supprimer
    2. Non, Lison, tu ne nous lasses pas, en tous cas pas moi. Tu racontes tellement bien que j'ai envie de découvrir à chaque fois le petit "coin paumé" dont tu nous parles. :-)
      Ne néglige pas la blessure que tu t'es faite au pied, repose toi un peu, le temps que ça aille mieux. Bonne journée, Lison. Gros bisous.

      Supprimer
  10. Des promenades qui me comblent et m'émerveillent. Je note au cas où .... un jour !
    J'espère que tu t'es bien soignée au retour , marcher sur un pied abimé n'est pas bon. J'espère que tu es bien vaccinée?
    J'adore les moulins , il y en a pas mal en Ardèche.
    Je souhaite que tu ne souffres plus et que tu te ménages !!
    Malgré ta souffrance tu as gardé tout ton humour, merci.
    Douce journée, bises Lison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien vaccinée, avec mon travail de la terre c'est indispensable.Mais comme je marche beaucoup, la douleur persiste. Pas grave. Au fait il paraît qu'on fait 10 000 pas par jour: oui, dix mille.
      J'aimerais compter les miens ! Bisous

      Supprimer