mardi 26 août 2014

Le rendez vous manqué

J'avais fixé rendez vous au Bésiberri, de préférence le Nord (ils sont 3) car je savais
 qu'il était le plus difficile.

Besiberri nord  3008 m auréolé

Moins haut que le Sud mais plus technique : de l'inutile ambition.
Celui du milieu ne me tentait pas, il n'atteint pas les 3000 (2995m) et je voulais atteindre un 3000.
On a le droit d'avoir de l'ambition, on a droit à l'erreur aussi...
Donc les voici (image internet) en vue aérienne.


La donne n'était pas la même : davantage d'enneigement cette année...vous verrez que cela changea beaucoup de choses.
En ce matin d'août ruisselant de lumière (samedi 16 août), bien préparée physiquement et mentalement je m'élance sur le sentier qui longe le barrage, je franchis la passerelle et je constate que tous les randonneurs suivent une autre route. Pourtant ma carte porte celle ci comme directe.
Ah je comprends vite : directe, elle ne peut l'être davantage. Elle suit le torrent et un torrent...ça fait un tout droit ! Donc, seule, extrêmement seule, inquiète même, je persévère.
Et ça grimpe, très vite dans le roc.
Je viens de tout en bas là bas ( ph de gauche) j'escalade un sentier très raide, souvent rocheux (ph de droite)

L'étang noir brille comme un miroir
L'eau et la pierre


 Et je monte vers le ciel

On devine le sentier
Toutefois mon regard scrute sans cesse vers l'aval : voir enfin des humains qui me diraient si je suis sur la bonne voie : ma carte dit "oui", l'isolement dit "peut être", l'inquiétude dit autre chose...L'eau ne dit rien, elle chante, insouciante de ma course, elle suit la sienne en bouillonnant.


Deux petits points mobiles grossissent, je ralentis fort et ils me rejoignent au lac de Malvesina (2500m)
Deux jeunes hommes qui montent au sommet et me découragent : oui, c'est dur, difficile, technique, il faut une corde (elle est enroulée sur leurs épaules). Je renonce donc mais pas à tout.
Je prends une autre route qu'eux : pas le nord ? Et bien ce sera le sud !
Un regard sans regret vers "mon" sommet acéré
(je ne me vois pas là dedans !)

Le pédalo du lac
Un regard vers "l'iceberg" du lac et je grimpe.
Facile à dire, facile à faire : j'aime cet élément nommé la pierre.
La pierre, elle est en grandes dalles granitiques, en gros blocs monumentaux pour certains, en petits cairns délicatement posés comme un bouquet sur un meuble, que je suis autant que possible.
Mais la pierre ne résonne pas des voix des humains : je suis la seule.
Et c'est immense, chaotique, impressionnant, magique.
Mélange d'exaltation, de peur, de prudence surtout, de curiosité et d'un féroce appétit : continuer.
C'est une sorte d'escalade aussi!
Ils ont le mérite d'être stables

J'adore grimper là dedans
Mais je n'ai guère l'occasion de le faire

Pour éviter les névés je dois contourner et passer haut en dévers.
J'aurai même un passage en corniche
 Face à moi, le cirque des Besiberris est assez impressionnant: j'entends les voix des 2 jeunes grimpeurs; difficiles à repérer dans cette caillasse. Deux points minuscules...

Ils sont quelque part là dedans, petits points perdus dans l'océan


Je laisse à ma droite ce cirque et je me prépare à entrer dans ce couloir rocheux où coule un ruisseau.


 Derrière moi se déroule un beau cirque enneigé qui conduit directement au lac.



Je ne prends presque pas le temps de regarder très loin en arrière où se découvrent tous les beaux lacs dont j'ai parlé dans un précédent billet. La vue est belle mais je suis trop concentrée sur mon parcours en rocs.

Au télé puissant...Etang Noir
Si je ne sais pas danser le rock, je vous assure que j'essaie de ne pas valser entre les rocs : il y a de belles crevasses, qui viendrait m'y chercher ?Je ne suis pas très rassurée, c'est peu dire... je suis curieuse de la suite du parcours. Aller plus haut....il y a longtemps que j'ai renoncé au 3000, je ne serai pas au rendez vous.

Je ne suis pas déçue en arrivant au bout de mon possible.
Au bout de mon possible, il y a une grand champ de neige d'où émergent des blocs; sous cette neige, il y  des blocs cachés, avec leurs tailles différentes, leur enchevêtrement, leurs crevasses : pleines ou vides ?
Je ne connais pas assez la montagne, je préfère arrêter.
Les contourner pourrait se faire...ou non ?
Ce qui me fera rebrousser chemin ce ne sera pas la force : je suis à 2850 m, j'ai l'énergie pour aller à 3000 et au delà.
Mais je ne suis pas sûre du terrain ni des lieux : qui est qui, là autour ? Besiberri del mitg ? du sud ?
Non, ce qui me fait renoncer c'est l'extrême solitude...tout bêtement...qui engendre la prudence....



Pas déçue car je me suis dépassée, j'ai affronté un élément, pour la première fois de ma vie, aussi énorme.
Et somme toute pas familier.


Besiberri del Mitg

Besiberri del mitg 2995 m (semble t'il)





Un dernier regard vers ces inconnus de pierre, anonymes, auxquels je donnerai un nom plus tard avec les vues aériennes.

Le Besiberri sud (3023 m) était encore loin vers le sud : accompagnée je l'eusse atteint.
Seule, on se sent vraiment toute petite, mais très très petite....










Et j'aborde en douceur la descente car mes jambes sont usées et le terrain c'est tout ce long chemin de rochers que j'ai grimpés.
Inutile de préciser que le terrain sera tout aussi désert .
Même les animaux sont absents.
Quant aux jolies fleurs des montagnes, ce n'est pas là qu'on les trouve !!!

J'entame la descente



Mon chemin de pierres, il me faudra attendre bien longtemps avant qu'il ne devienne "tout doux".


Estany Nègre (étang noir) et sa longue cascade
Un chemin tout "en douceur"...sur les dalles
 Et bien c'est juste l'envers de cela :


Au retour, il y a encore des mordus du rocher dans d'autres états; je les entends crier, sans les voir, minuscules araignées sur les parois d'escalade.

Falaises d'escalade


Tout au long du barrage de Cavallers.

En chiffres
Dénivelé : 1150 m
Temps de marche  aller / retour : 7 h 30
Parcours très pentu et très physique
Km total aller retour : 8 km dont 3 km en terrain "plat" (100m de déniv).
Les 1050 m de grimpe se font sur 2.5 km de montée ce qui indique un fort %

(ces détails pour les lecteurs randonneurs)




Un article sur mon second blog : portrait d'un village abandonné : Peranera (clic)

15 commentaires:

  1. Et bien ! Encore une sacrée randonnée.Impressionnant ! Et toujours le récit qui nous permet de te suivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une de mes plus impressionnantes avec le Canal Cristal. De beaux souvenirs pour quand je "serai bien vieille, au soir, à la chandelle"...mais je vous emmène avec moi, c'est sûr !

      Supprimer
  2. ce doit être dangereux tous ces gros cailloux sous les pieds,
    la balade est impressionnante.
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dangereux oui, si on tombe; je suis tombée deux fois, sans dommage. Bisous

      Supprimer
  3. Wow... impressionnante balade comme dit Laurence! T'as beaucoup de courage je trouve!
    Bisous!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A postériori je me fais parfois des petites frayeurs; sur le terrain, j'essaie de lutter contre...moi même, mes appréhensions, mes doutes. Bisous

      Supprimer
  4. Bonjour Lison
    Je suis de plus en plus épatée par ton courage, ta volonté et cette aptitude à la marche en toute circonstance. Une fois de plus des paysages à couper le souffle et ta capacité de conteuse hors pair. Bravo et merci de me faire connaître tant de lieux inconnus. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les premières qualités...bon, je suis aussi assez contente de faire ce que je n'aurais jamais pensé. Ce qui me plait c'est "mes talents de conteuse" : ça me fait plaisir... Quant aux paysages ils sont tellement beaux, j'ai juste à vous faire des copié collés.. Bisous

      Supprimer
  5. Tout simplement incroyable. Quelle téméraire tu es ! Il y a d'autres sommets moins austères qui t'auraient accueillis mais tu as préféré le plus extrême, ce qui a donné lieu à un super billet. Bravo !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, Ludo ! Enfin, tu sais bien que je suis trouillarde :-))). Mes peurs sont rétrospectives, donc elles n'ont aucune raison d'être. Le site est magique: qu'est ce que tu aimerais !!!

      Supprimer
  6. Coucou Lison !
    Je t'avais laissé avec l'avare Camille et je te retrouve solitaire. C'est là que tu m'impressionne le plus.
    Je suis rarement partie seule en randonnée au cas ou ! Comment fais-tu pour ne pas avoir cette peur de la "solitude dangereuse", celle qui parfois te fait dresser les poils, te noue l'estomac, te donne des sueurs froides puis chaudes. Je me suis perdue une fois, j'ai tourné en rond pendant des heures, tombée du cheval et j'ai eu peur et là je me suis dis "plus jamais". Je t'admire vraiment de pousser ta passion au delà de ça et quand tu parles de peurs rétrospectives, je comprends ce que tu dois ressentir.
    Bon ! A part ça, hier j'ai regardé des "racines et des ailes" et je me suis régalée.
    Je pense que les vendanges approchent. Dans le Var à côté elles sont en avance cette année, le Grenache est vendangé et ils commencent le Mourvèdre, à Bellet à Nice aussi, d'habitude c'est beaucoup plus tard. La ils ont commencé le Rolle et bientôt La Folle Noire avec de l'avance aussi.
    Une bonne année parait-il !
    Gros bisous Lison.
    Belle soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas arrivée, chère Mireille, au stade de peurs que tu décris. Chaque rando solo peut m'apporter cela, je croise les doigts et je recommande mon âme à St Antoine. Et pas que mon âme, mon salut corporel aussi. Moi, l'athée, je suis sous protection de St Antoine. va savoir pourquoi...J'ai toujours une appréhension, je vieillis !Demain on récolte le Rolle nommé ici Vermentino. Avec cette année la 1ere récolte de viognier. Les grenaches sont en retard comme tout ici, cause ensoleillement faible, été maussade et humide. Les Muscats secs se récoltent aussi. Je ne connais pas la Folle Noire, un nom qui me convient ! je ferai un petit billet sur les vendanges très bientôt pour changer des montagnes. Je t'embrasse

      Supprimer
  7. Parece perigoso, mas acho que isso também aumenta a emoção!
    As imagens são muito bonitas, obrigada por compartilhar.
    beijos

    RépondreSupprimer
  8. Encore une fois, Lison, je suis admirative ! Tu affrontes tes peurs, et tu les surmontes, et même si tu n'as pas atteint le but que tu t'étais fixé, tu as fait une sacrée marche et un sacré dénivelé ! Bravo ! Mais... sois prudente, on tient à toi... :-)
    Gros bisous, et une bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  9. Une randonnée physique mais magnifique ! je ne suis pas très à l'aise sur les chemins de rochers .
    Tu as une grande volonté , même si tu n'as pas atteint ton but , tu as contourné la difficulté et tu as persévéré, seule! C'est magnifique, bravo!
    Douce soirée, bon dimanche, bises Lison

    RépondreSupprimer