dimanche 11 décembre 2016

L'escalade et moi

Sur les images de ma seconde séance d'escalade avec guide, je vais me pencher (c'est le cas de le dire quand on grimpe aux murs ?) sur ce que m'apporte l'escalade et pourquoi l'escalade à mon âge.
Je ne vais pas raconter la séance, juste l'évoquer car c'est très technique et moins sujet à récit qu'une randonnée. Le paysage ne varie pas, la concentration totale ne permet  pas le vagabondage.
Et le trajet parcouru est forcément très court : bref j'en deviendrais lassante !
La "plaine " de Vingrau 66 et l'ombre portée
du relief tabulaire
Le cadre, ce matin là était à une demi douzaine de km du précédent. Point de rivière, de gorges ni d'habitat préhistorique. Le site des grandes falaises avec vue sur la "plaine" de Vingrau avait été écarté, les festivités avaient lieu sur un site discret qui servait autrefois, je le sus ensuite, de site d'entraînement aux militaires.
Les falaises traditionnelles d'escalade



Vingrau aux confins
du département

















Les falaises du jour

Un lieu idéal pour travailler le physique et la technique, je le compris rapidement : des prises bien plus difficiles, une montée ardue, impressionnante, mais mon appétit s'en trouva comblé.



Mon guide équipe la voie où je vais travailler
Mon parcours s'arrête un peu plus bas



J'ai beaucoup appris en technique sur cette séance. Nous avons fait deux voies seulement et j'en ai travaillé une côtée 4b. Bien travaillée à plusieurs reprises. La 5b, plus difficile, je la gravis une fois.
Ces deux voies de travail ont deux terminus : le "parcours court" une vingtaine de mètres et le "parcours long" 25 m sans doute. Je suis restée dans le court. Et j'ai bossé.
Envie de renoncer parfois, de redescendre mais le guide a été là pour...me guider et me faire franchir la difficulté ce qui est important pour progresser. Bref, vous l'avez compris une séance pas de tout repos !!









La falaise était plus verticale que la semaine dernière, très verticale même je crois ! La roche, bien que calcaire, très différente aussi. Vierge de tout coquillage, mais  agressive, corrosive, grenue.
Verticalité







Et à ma gauche aussi












La grâce n'est peut être pas encore
au rendez vous




J'ai été si concentrée que j'en ai oublié de regarder le paysage : ce dernier, un peu brouillé par la brume, m'a permis de voir les étangs au loin, mais pas la mer.

Paysage des environs : les Corbières
Milieu calcaire


Sinon mon paysage essentiel fut le mur, la végétation qui se logeait dans de petites saignées et même quelques perles d'eau qui sourdaient de la roche. Et me servaient de repères.


Buis lové dans la roche


Genévrier cade








Oui une belle matinée, encore une qui m'a fait faire fi de la faim, de la soif, du temps et de l'heure...
Inutile de préciser que si j'étais bien assurée par mon guide (en cas de chute), mon appareil photo était tout aussi bien assuré, par moi. Pour les mêmes raisons !!




Alors, pourquoi l'escalade ?
L'escalade, je l'ai approchée un jour, à 42 ans, sur un mur en salle. Avec mes élèves. Encadrés par les moniteurs. Je m'essayai à cette paroi et je grimpai sans m'en apercevoir tout le mur, me retrouvant en haut  en deux temps trois mouvements ce qui fit penser à tout le monde que je pratiquais ce sport.

Juin 1991 St Estève 66

J'enterrai l'escalade et n'y repensai que 23 ans plus tard, donc récemment,  en arpentant les montagnes près des sites d'escalade. Je me plaisais à observer ces araignées humaines, avec une pointe d'envie, car la roche, je l'ai écrit maintes fois, est mon élément.

Je laissai mûrir le projet un an et c'est ainsi que je me retrouvai avec Nico à Sorède.


L'escalade est un sport excessivement complet. Personnellement, je trouve que le mental en est l'élément primordial. Certes il faut être sportif, n'ayant ni le vertige ni la peur du vide...et on le cottoie ô combien ! Mais il faut avoir une bonne dose de mental. Il est le moteur qui anime les jambes, pièce maîtresse du corps, les mains, elles, servent de prise mais en aucun cas à se propulser. Il faut être concentré un maximum, et sans arrêt. Ensuite rien n'empêche, durant la montée, de souffler, se reposer sur une surface infime et regarder, se remplir de sensations. C'est le charme de la grimpe d'oser regarder à côté, au loin, en bas. Sinon la progression n'est que regard, évaluation, recherche et réflexion. Travail de mémoire aussi m'a expliqué le guide: bien repérer où l'on passe pour refaire le trajet. Un sport très complet. Tous les muscles travaillent, en souplesse, en finesse et en force pour les jambes. Enfin c'est mon ressenti.








L'escalade m'a permis rapidement la mise à mort de certaines idées préconçues : l'âge et  sinon l'embonpoint, un léger surpoids. En ce qui concerne le poids, il n'est aucune entrave. Certes j'ai quelques kilos en trop, afférents à ma condition de femme de plus de 60 ans. Mais en grimpe, je me sens légère, légère...alors que la plupart des grimpeurs sont très sveltes.  Quant à l'âge, ce qui le neutralise c'est mon excellente condition physique, ma musculature et ma pratique de la montagne en parcours ardus; c'est ce que m'a expliqué le guide. D'où...une restauration de mon image narcissique.



Thierry remballe le matériel



Qu'est ce que cela m'apporte ? Une certaine griserie, assurément, celle du nouveau défi, celle de l'élément inhabituel, marcher sur un mur, et puis de l'assurance, de la confiance en soi. Toutes choses que j'ai besoin de cultiver.
Un léger narcissisme aussi, avouons le. Très bénéfique dans mon cas.

Et surtout, ..ce que je trouve en tant d'endroits...du bonheur !

Sur le plan physique, l'escalade est une manne de bienfaits. En tant que senior (et oui j'en suis une) cela donne, ou redonne, ou maintient une tonicité musculaire, une souplesse articulaire, une gestion du souffle et de l'effort, un sens de l'équilibre.
Et si la montagne m'a énormément préparée à l'escalade je pense que l'inverse se vérifiera aussi: j'aborderai avec plus d'aisance les amas de roches. Ou les murs pentus.

Tout cela m'invite très fort à persévérer...la partie la plus difficile. Dans quel groupe s'intégrer? Où peut on la pratiquer...Quelques problèmes à résoudre donc...




Oui l'escalade m'apporte beaucoup de joies: en doutez vous ?
Alors à bientôt sur d'autres falaises...Qui me permettront de vous raconter un moment de l'Histoire.
Nous partirons en 1246, sur l'ancienne frontière du Royaume de France.





9 commentaires:

  1. Je suis heureuse pour toi, Amédine, heureuse de ton bonheur, de ton enthousiasme chaque fois que tu réussis. Tu as une sacrée volonté, tu es une fonceuse ! J'en suis admirative à chaque fois. :-)
    Merci pour ce partage. Belle fin de journée, bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'encourages, Françoise, je trouve du répondant cela fait chaud au coeur. Je t'embrasse très fort

      Supprimer
  2. Ce doit être fabuleux !
    Il faudra que je te raconte mon aventure de varappe. Je pense que tu vas aimer et surtout passer un bon moment de rigolade.
    Gros bisous
    La Chantaloup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui ! Je l'attends ! J'adore qu'on me raconte des histoires hihi.
      Gros bisous "la " Chantaloup

      Supprimer
  3. Coucou ... Tu aimes ça, on le sent et ressent très bien à ce que tu en écris !!!
    Alors, bonne continuation ;)
    Douce soirée, Bisous et Câlins aux Félins

    RépondreSupprimer
  4. J'ai relu l'article ... et ai envie d'ajouter : heureuse et épanouie !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait ça mais ce n'est pas un lieu où les félins pourraient m'accompagner. Encore que....ça grimpe partout ces "engins là" et mieux que nous

      Supprimer
  5. Amédine même avec Les photos Je trouve Vos Exploits Incroyables Quelle Femme :) Soyez Prudente tout de même :) Calinous aux Minous Bisous à Vous Pensées pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Claudie : en théorie et je pense, en pratique, je risque bien moins qu'en montagne, en voiture ou même dans mes escaliers. Cette discipline est très sécurisée et c'est la règle N° 1 ! Alors je me laisse porter... Bisous..et là les minous ne peuvent me suivre

      Supprimer