vendredi 23 décembre 2016

Une erreur de Jugement !

Ce n'est pas parce que le Pic d' Enfer était dans les parages et ce ne fut pas le Jugement Dernier, juste mon dernier jugement qui n'était pas le bon. Voici pourquoi..
Quand on n'a pas les pieds sur terre...
Mais d'abord approchons nous des lieux de ce jugement.
Arrivée à Vallter 2000
Je comptais ce dernier week end renouer ENFIN avec la montagne et je mis tous les atouts de mon côté : mon camion, mon chat, mon matériel, tout était bien organisé et lorsque à la nuit tombante j'arrivai sur le parking de la station de ski de Vallter 2000, à 2000 m d'altitude donc, je me garai sur le parking déserté et verglacé. Le temps était serein moi aussi mais le thermomètre m'inquiéta : moins 6° déjà à 17 H ? Qu'allait être la nuit ? Le camion allait il geler et moi aussi ? Quelle serait la température dans la nuit ? Une légère inquiétude se profilait dans les ténèbres mais j'eus la flemme de refaire les 12 km qui me conduiraient "en bas" au village de Setcases, le dernier de la vallée. Soyons fous, on verra bien.


C'est Noël !!

Il faisait plus de 20° dedans avec le chauffage, j'avais emmitouflé la batterie, la nature était figée dans le noir et le silence. J'étais bien. Les sapins recouverts d'une neige que nul vent n'avait secouée auraient du m'alerter. Les canons à neige battaient leur plein et vers minuit, le parking s'anima, les "vacanciers" du week end  s'installaient, fait nouveau car d'habitude c'était désert. La dameuse prit du service à 2h du matin et le froid n'augmentait pas, curieusement. J'avais tout calfeutré avec des polaires mais en écartant les rideaux, la glace habillait intérieurement les vitres, je ne voyais rien. Nina, dans le lit, collée à moi, emmagasinait la chaleur tandis que la carrosserie, avec des craquements perdait ce qui lui restait de tiédeur.

Un matin étincelant m'accueillit, il faisait moins 5 dans la chambre et Nina trouva son eau gelée tandis que mon infusion était granitée. J'en avais vu d'autres, je logeai Nina bien au chaud dans son nid et je partis, crampons et piolets dans mon sac avec la ferme intention d'aller en découdre avec de la pente.

Le nid de Nina


A l'est une mer de nuages recouvrait les plaines, les collines et la mer, c'était beau.















Je montai bon train le long des pistes damées, tout ce qui n'était pas piste était une belle couche où mieux valait ne pas s'aventurer. Aïe...




Les skieurs montaient décrocher la lune mais rivés aux fesses, c'était une inutile quête.





Une heure plus tard et 500m plus haut je m'attablai au chalet d'altitude des "Marmotes" (un seul T en Catalogne), devant une infusion . Mon sentier de neige démarrait là, quelques Z bien marqués par les skieurs et je serais vite là haut, à une encablure du Geant, 2883 m.




Oui mais....c'est là que mon Dernier Jugement, celui du départ, fut fatal.La neige, hors des pistes était poudreuse à souhait et je m'enfonçai sans pitié.
Je pensais à ma dernière venue en ces lieux, une drôle de rando, dans un terrible blizzard...(clic)

La série de Z dans la pente, qui devait être mon chemin

Ah si seulement j'avais pris les raquettes...Pour ne pas m'encombrer je les avais laissées. Ah si seulement j'avais écouté les sapins...
Je ne pouvais monter donc je choisis de traverser tout le cirque, En direction du chemin du col de la Marrana toujours dans l'ombre, mais la poudreuse ne gèle pas, non ? Quelques 800 m dans une poudreuse épaisse et traîtresse où je m'enfonçais, trébuchais, chutais, me relevais et m'épuisais.



Dans un très beau décor toutefois..Avec une énergie sans égale, toute ma forme est revenue au centuple, c'est déjà un immense réconfort.
Mon chemin de poudre, jusqu'aux genoux

Le soleil émerge du Gra de Fajol, la Marrane dans l'ombre et ma route
lissée par les skieurs, dans laquelle je laisse des ornières d'ogre

Arrivée au pied du col, un Catalan chaussé de crampons m'encouragea et je montai sans trop de mal le col dans une poudreuse foulée, écrasée, tassée  mais très inconfortable. Les crampons n'avaient d'autre utilité que la décoration, je ne les chaussai pas; par contre le piolet assura mes derniers mètres fort verticaux.

Montée au Col de la Marrane
En fond le Géant, à droite du Géant le chemin prévu initialement

Arrivée sur la ligne de crêtes, je m'aperçus  que j'étais ...à jeûn, encore une fois! Tous ces efforts et ce dénivelé avec l'estomac vide depuis les 15 h d'hier après midi ??



Je me restaurai, affamée,  au grand soleil, dans un décor peuplé d'une foule bigarrée et emmitouflée, cela avait des saveurs d'été et d'hiver mêlées, l'air était glacé. Plus de 2500 m d'altitude.
Je pris le chemin du Géant, chaussée des crampons cette fois car il y avait des plaques gelées, je fis quelques mètres et puis une immense flemme qui n'était pas de la fatigue,  me submergea. D'autres fois j'eusse forcé, persévéré, "relevé le gant" comme on dit . Et bien non! Et pleine d'entrain, sans regrets, je pris le chemin du retour, chaussée de mes inutiles et confortables crampons. La descente très pentue du col, dans l'ombre bleue, la poudreuse où je m'enfouis devenaient plaisir. Je croisai le Ter nouveau né qui gazouillait presque en silence et respirait entre les cailloux.

Le rio Ter et le sommet du Gra de Fajol petit






La silhouette décharnée de la ruine du vieux chalet,(clic) fidèle au poste depuis des années n'a pas pris une ride. Quoique, au point où elle en est....
El Xalet Vell


Je retrouvai avec soulagement la piste de ski; sur les 10 km skiables on ne trouve pas de piste rouge ni noire. Seulement quelques tronçons de rouge, la géographie des lieux ne s'y prêtant pas, mais l'ambiance y est joyeuse et familiale. Avec des scènes cocasses, ce jour, un vrai spectacle !  Séquence comédie!


Séquence poésie...Les guirlandes de lumière faisaient  scintiller les sapins sur les cimes; couverts de neige, ils ressemblaient aux sapins des Contes de Noël de l'enfance....




L'enfance, c'est celle de Nina, que je retrouvai endormie là où je l'avais laissée mais qui allait vite se réveiller et s'adonner à son tour aux joies des sports d'hiver :-))


Sacré petit personnage qui ressemble trait pour trait à Lison...Comme c'est étrange....
Et au grand soleil, les pieds et pattes dans la neige , nous laissâmes filer le temps jusqu'à ce que le soleil, plongeant derrière les sommets, nous invita gentiment et froidement à reprendre la route.

Le Géant ou Bastiments, 2883 m


                                                        ..................................................
Le Géant m'attendra, je suis heureuse de ma journée , de cette promenade vivifiante et sportive : avec les 600 m (environ) de dénivelé cumulé, ma dépense d'énergie est celle d'un 1000 m, dans ces conditions, et je suis ravie d'avoir retrouvé toute mon énergie !
Alors, vivement...la montagne prochaine !


Quelques liens en  mon blog, sur ces lieux pour un éventuel lecteur...

Altitude 2883 (clic) = ma première ascension au Géant
Le Gra de Fajol (clic), tout à côté
Le Géant (clic) en des conditions extrêmes

17 commentaires:

  1. Bonjour Amédine, une découverte pour moi, je ne connaissais pas ce genre d'aventure. Quant au texte, j'avais l'impression de lire Road Amundsen. Très chaudes bises..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je lisais jadis Roald Amundsen et la découverte des pôles. Tu n'as pas connu les joies de la poudreuse ou tu les as oubliées ? Je t'embrasse et te mets un petit mot sur ton FB. Mes bises sont chaleureuses car elles viennent AUSSi d'un pays chaud, le 66. Il fait très beau

      Supprimer
  2. Il faut déjà penser que l'on puisse aller à Sept Cases et VallTer. Et ensuite penser que l'on puisse grimper le Géant en période enneigée. Sacré Amédine, Je te souhaite un très Doux Noël et de bonnes Balades pour 2017. Je me permets quelques Bizzz.
    J'oubliais, encore un agréable moment de lecture !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je "fais " le Géant chaque hiver, dans des conditions très enneigées souvent mais avec une neige glacée qui permet la marche. D'en haut, la vue est splendide. Je vais ajouter un lien au fond du blog si tu reviens sur la page , tu peux monter avec moi (en lecture) au Géant. Bises et heureux Noël

      Supprimer
  3. Superbes impressions !! Merci Amédine pour cette part de rêve !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui...Connais tu Vallter ? c'est un endroit merveilleux; juste au dessus de Camprodon puis Setcasas

      Supprimer
  4. Belle et épique épopée "qui te ramena pleine d'usage et raison en bas dans le village retrouver Nina et le reste des bagages"...!😉🐱☕

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mon passé simple du récit peut surprendre ...Ce fut lui qui me vint à l'esprit sans pédantisme aucun. Quant au village...très bas dans la vallée, pour une fois je l'ignorai. Et il est plein de bonnes choses, c'est Setcases, au passé, présent et futur. Ce sera toujours Setcases même s'il en compte plus de 7

      Supprimer
  5. COUCOU ... Tu sais que je t'admire ... je n'oserais pas m'aventurer comme tu le fais ... mais, quels paysages, quelles vues ... et ta petite Nina qui a l'air si heureuse dans la neige ... rien que du bonheur !!!
    Douce soirée, BISOUS et Câlins aux Félins en particulier à NINA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rassure toi c'est très facile. Avec un guide pour débuter si on n'est pas rassuré. Si tu étais là je t'emmènerais. Et tu verrais que c'est d'une grande simplicité
      Après, tout ce que je fais n'est pas simple, mais ça oui. Gros bisous et heureux NOël à toi

      Supprimer
  6. Chère Amédine Merci Pour Toute Cette Neige :) C est Nina La plus Mignonne :) Bon Noël à Vous à Votre Famille Nous Vous Embrassons Calinous aux Minous Pensées Pour Lison :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon Noël Claudie même s'il est passé, bonne fin d' Année, j'étais absente pour Noël (bientôt en blog). Bisous.

      Supprimer
  7. Je m'imagine bien à ta place ... Tu parles, je serais vite sur le cul !
    Très belles photos !
    Bisous
    Chantaloup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh tu sais sur le cul pas de problème la neige fait un beau coussin quand elle est poudreuse hihi. Bisous

      Supprimer
  8. On dit que les chats ont plusieurs vies... va savoir....
    Comme c'est beau la montagne sous la neige ! Merci pour ces belles photos et ce reportage vivifiant :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je crains toutefois de perdre Nina, elle s'aventure dans la rue donc il y a des voitures et ....Bisous

      Supprimer
  9. Les photos sont superbes! Ça a dû être difficile les pas dans la neige poudreuse.
    Bonnes journées de fin d'année
    Bises
    Laurence

    RépondreSupprimer